Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The French REPORTER

The French REPORTER

Passioné de ciné et series TV ? 24/24 et 7/7 retrouvez ici toute l'actu ciné et TV. Souriez, vous serez informés !


Critique en avant-première : "Les Bêtes du sud sauvage".

Publié par lacritiquedugeek sur 11 Décembre 2012, 18:54pm

Catégories : #Critiques Films

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/22/18/20251251.jpg

tp

Critique :

Benh Zeitlin aurait frappé fort pour son premier long-métrage. Et pour cause, son premier film s'est bâti tout le long de l'année une réputation fort flatteuse. Du Festival de Sundance à celui de Deauville, le premier long-métrage de Benh Zeitlin s'est fait un nom. En effet puisqu'en plus de faire l'unanimité des critiques à chaque festivals, le film a raflé pas mal de prix (le Grand Prix de Deauville, le Grand Prix du jury à Sundance, la Caméra d'or à Cannes, le prix du meilleur film au London film festival, et bien d'autres). Et après avoir fait le tour du monde des festivals, le film atterri donc dans nos salles. Reste a savoir, si "Les Bêtes du sud sauvage" est a la hauteur de sa réputation. Réponse dans ma critique...

Et à ma grande surprise, "Les Bêtes du sud sauvage" s'avère être un très beau film, je dirais même plus : un chef-d'oeuvre. Le film raconte l'histoire de la petite Hushpuppy qui vit dans le Bayou avec son père. La vie de la petite fille va rapidement basculer lorsque la nature va s'emballer autour d'elle et la forcer à entamer un voyage auquel elle n'était pas préparée. Et je dois dire que j'ai été bluffé par ce film du début à la fin. 

http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/05/73/20098630.jpg

Même si le film met un peu de temps à partir (comptez un bon quart d'heure), ce qui suit n'est que plus meilleur. On est donc plongé dans le quotidien de la petite Hushpuppy, jeune afro-américaine débrouillarde et attachante à souhait, de son père, et de la (petite) communauté qui les entoure. Le scénario nous emmène donc aux coté de la petite Hushpuppy dans une aventure qui nous donnera tout ce qu'on peut attendre d'elle (et peut être plus encore...) à savoir de l'émotion, du rire, de l'aventure, de l'action et même une touche de SF (les créatures surnaturelles, les Aurochs, et le monde post-apocalyptiue dans lequel évolue Hushpuppy). Un scénario qui va vite imposer son rythme et ses personnages.

Tourné en Louisiane aux États-Unis (l'ouragan Katrina est passé par là en 2005) pour bénéficier des décors, du réalisme et de l'ambiance adéquats, on est très vite plongé dans l'atmosphère naturel (mais parfois quelque peu sinistre) du Bayou. Autre tour de force du réalisateur, placer sa caméra au niveau de Hushpuppy ce qui nous permet de vivre cette histoire de son point de vue. Une technique qui nous permet de mieux comprendre Hushpuppy et de constater son incroyable lucidité (pour son age), son regard critique vis à vis du monde et des adultes qui l'entourent, ainsi que son premier degré qui pourra faire sourire à de nombreuses reprises.

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/90/22/18/20102764.jpg

Mais on ne peut cacher que l'atout principal du film, sa principale ressource, tient en deux mots : Quvenzhané Wallis. La petite actrice est la révélation du film. Et pour cause, la jeune prodige nous a fait rire et pleurer dans le même long-métrage, ce qu'il n'est pas donné de faire a tout les acteurs confirmés à l'heure ou je vous parle. Wallis dévoile ainsi toute une palette d'émotion montrant ainsi que son jeu n'a pas de limite. Tout comme son père incarné à l'écran par Dwight Henry, qui prête ses traits au père de Hushpuppy au caractère bien trempé, qui par son jeu fait du père un personnage très intéressant, a la fois fascinant, sage, fort et charismatique.

Du montage au scénario, en passant par les décors ou la distribution, tout les ingrédients sont bon pour faire de ces "Bêtes du Sud sauvage" un petit chef-d'oeuvre. Un voyage initiatique aux airs de conte onirique entamé par cette cette surprenante jeune fille sublimé par de nombreux dialogues poignants ("Everybody's dadys die", "Not my daddy !") et des scènes déchirantes à l'image du face à face entre Hushpuppy et son père en fin de film ou il vous sera difficile de na pas lâcher une larme. Drôle, poignant, audacieux, Benh Zitlin réussit un tour de force pour son premier long-métrage, bravo ! A l'image du -magnifique- dernier plan du film, on se dit que la suite -pour le réalisateur- ne peut être que meilleure ! 

10/10 : Un veritable chef d'oeuvre, l'un des meilleurs film de l'année à ne surtout pas manquer !

Voir la fiche film Allociné.

Sortie officielle française : 12 décembre 2012.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents